CONCOURS
Rénovation énergétique et restructuration du pation à Strasbourg (67)

Le Patio de Strasbourg se met au vert


Maîtrise d’Ouvrage : Université de Strasbourg

Concours 

Surface de plancher :  22 788 m²

Coût Travaux HT:  9 000 000 € HT

Equipe MOE : BET TCE : Serue – BET HQE : Tribu - Acoustique : Gamba 


Le projet s’inscrit dans le cadre de l'Opération campus ayant pour objectif de construire un campus plus vert et plus ouvert s'appuyant sur un héritage historique et patrimonial emblématique. En effet, implanté au cœur du campus esplanade, ensemble remarquable des années soixante, l’Université de Sciences Humaines de Strasbourg est caractérisée par l’architecture de béton préfabriquée élaborée par l’architecte Pierre Vivien et par l’existence de jardins intérieurs qui lui valent son nom de « Patio ». Le projet consiste en une rénovation globale de ces bâtiments afin d’améliorer ses performances énergétiques, son confort thermique, son fonctionnement et les conditions de travail des usagers, personnels et étudiants.

Le projet comprend diverses interventions, le remplacement de l’ensemble des menuiseries extérieures existantes par des menuiseries alu double vitrage avec faible émissivité, la réfection de l’étanchéité et isolation des toitures des bâtiments Nord et la réfection de la distribution thermique, l’amélioration des aspects fonctionnels avec des relocalisations et rénovations intérieures, le ravalement des existants et la mise en conformité du bâtiment par rapport à la réglementation (SSI, installation électrique, accessibilité) et enfin, la construction de la nouvelle table ronde accueillant la cafétéria, des salles de formation et une salle de répétition, associée au réaménagement des espaces extérieurs. Le projet présenté suit une double logique : d’une part rénover et moderniser le bâtiment, d’autre part conserver ce qui caractérise et donne une « âme » à ce bâtiment.

Les façades de l’existant sont ainsi modernisées (utilisation de matériaux plus performants, plus modernes), tout en conservant leur « âme » d’origine (proportions identiques, structures béton préfabriquées non remplacées, mise en valeur de leur calepinage par regroupement de quatre menuiseries, en quinconce…) suivant le respect des recommandations de l’Architecte des Bâtiments de France.

La nouvelle table ronde est implantée en lieu et place de l’ancien bâtiment 6 qu’elle remplace. La galerie de liaison qui existait à l’ouest du bâtiment 6, entre les paliers des bâtiments 3 et 5 est remplacée par une coursive positionnée à l’est du nouveau bâtiment de la table ronde. Les piétons peuvent accéder à la table ronde soit depuis la rue de Rome, soit depuis l’esplanade sous la coursive de liaison entre le bâtiment 3 et le bâtiment 4. Afin de permettre un fonctionnement autonome, la nouvelle table ronde dispose de ses propres accès depuis le nouveau patio, de ses propres moyens de distribution et dégagements et de ses propres services.

Deux voiles en béton préisolé, implantés en sifflet, orientent la composition vers le grand patio qui se veut le nouveau poumon de l’établissement. En béton préfabriqué, comme pour le bâtiment existant, ces façades emploient les techniques de préfabrication de leur temps. Les allèges sont dessinées avec un léger fruit, ce qui permet à la fenêtre de disposer d’un linteau formant casquette pour protéger du soleil. Ce léger fruit se fait en positionnement une réservation dans le moule, en usine, assurant une finition parfaite. Ces deux murs encadrent un ensemble en ossature bois avec planchers béton, qui prolongent le traitement du grand patio et tirent profit de la filière bois alsacienne. Les façades Est et Ouest des étages, en ossature bois sont habillées d'une galerie permettant l'entretien des baies vitrées et des matériaux de façade. Les lames de bois fixes posées verticalement entre les coursives permettent de gérer les apports solaires en fonction de l'orientation des façades. Des planches de peupliers rectifiés cerclés d'un ruban de métal thermolaqué sont prises en sandwichs entre les galeries. Elles sont posées en ordre discontinu, suivant une trame reprise sur les existants pour faire vibrer les façades suivant l'angle où elles seront regardées. Elles constituent l'écorce du bâtiment ainsi que l'image identitaire de la nouvelle table ronde.

La nouvelle table ronde accueille au rez-de-chaussée l’espace cafétéria avec les cuisines au nord-est et la salle de consommation à l’ouest, ouverte sur le jardin et prolongée à l’extérieur par une terrasse bois. L’intérieur de la cafétéria est traité en deux espaces : un côté lounge avec tables hautes et des fauteuils et chauffeuses, et un espace où on peut s’assoir à table. Une terrasse extérieure en bois, protégée du soleil par la galerie technique des étages prolonge la salle de distribution. Au premier étage, on retrouve trois salles de formation, à double orientation, pour apporter une lumière généreuse et agréable grâce aux brise-soleils et favoriser la ventilation naturelle. Au deuxième et dernier étage se situe la dernière salle de formation et la salle de répétition associée à son local de stockage et à la régie. La régie est vitrée sur la salle de répétition qui s’ouvre elle-même sur le grand patio.

La lumière inonde l’intérieur du projet, sorte de nid de bois chaleureux blotti entre deux grands voiles béton, en résonnance aux constructions existantes, laissés brut à l’intérieur, qui apportent de l’inertie au projet et le dirigent vers les espaces extérieurs qu’ils composent également. En effet, les directions dessinées par ces murs, se prolongent à l’extérieur au sol en créant des cheminements vers le centre du Grand Patio. Un ensemble constitué de rampes accessibles, articulées autour d’assises et de potagers permet l’accès à la partie haute du jardin et devient une sorte d’amphithéâtre à ciel ouvert, dirigé vers la nouvelle table ronde, nouvelle « scène » de l’Université. L’ensemble des espaces extérieurs du Grand Patio est composé par de grands axes et cheminements qui définissent des espaces engazonnés et plantés, convergeant en une place sur laquelle est installée le 1% artistique.

Le projet présenté suit donc une double logique : d’une part rénover et moderniser le bâtiment, d’autre part conserver ce qui caractérise et donne une « âme » à ce bâtiment : architecture de béton, préfabrication innovante pour son temps, architecture tramée...